Amy Winehouse de retour en hologramme!

La société américaine Base Hologram a annoncé une tournée mondiale dès l’automne 2019. Des spectacles durant lesquels le public pourra découvrir l’hologramme d’Amy Winehouse sur scène. Une initiative qui n’est pas du goût de tous.

Maria Callas, Abba et maintenant Amy Winehouse en hologramme? C’est bien ce qu’a annoncé la société américaine Base Hologram. Amy Winehouse, du moins son hologramme, devrait débuter une tournée mondiale dès l’automne 2019. La famille de la chanteuse défunte est associée au projet par la voix de son père, Mitch Winehouse. Cette initiative est pour lui «une manière formidable de pointer de nouveau les projecteurs sur son héritage musical, tout en levant des fonds pour The Amy Winehouse Foundation», dont le but est de sensibiliser sur les dangers de l’alcool et de la drogue.

Des détracteurs

Le projet est néanmoins vivement critiqué. En effet, le père de la chanteuse est souvent pointé du doigt pour ne pas avoir enrayé la spirale autodestructrice de sa fille. Aujourd’hui, la famille est de nouveau sous les feux des projecteurs, accusée de vouloir faire de l’argent sur le dos de leur fille décédée. Le premier des détracteurs n’est autre que Blake Fielder, l’ex-mari d’Amy Winehouse. Sur le plateau du talkshow Good Morning Britain, il a exprimé ses préoccupations.  «Je suis inquiet à propos de ce que les gens vont voir. Ils seront conscients que ce n’est pas Amy, il n’y aura pas le moindre élément humain là-dedans. La façon dont je vois ça, l’hologramme lui-même; il n’y a pas de différence avec le fait de regarder un clip ou d’écouter son album» juge-t-il.

Alors que cette tournée d’Amy Winehouse va bientôt voir le jour, d’autres projets sont en cours d’étude. Michael Jackson, par exemple, apparaît d’ores et déjà dans One, le spectacle que lui consacre en ce moment le Cirque du Soleil à Las Vegas. Son frère Tito a récemment déclaré qu’un hologramme de son frère Michael pourrait prochainement rejoindre Jermaine, Jackie et Marlon pour reformer les Jackson 5. Ou quand le progrès nous ramène au passé.   

Commentaires