Paul McCartney, U2 et 184 artistes en guerre contre Youtube

© Getty Images

Pas moins de 186 artistes ont lancé et signé une grande pétition pour la révision du Digital Millennium Copyright Act, la loi américaine qui favoriserait trop les services numériques.

La guerre avec le géant de la vidéo en ligne est déclarée. Youtube est la cible principale de scuds à répétition lancés par une flopée d’auteurs, compositeurs et interprètes, depuis plusieurs mois. En première ligne, on retrouve les divas américaines Taylor Swift, Katy Perry et Christina Aguilera, mais aussi l’ex Beatle, Paul McCartney.

Ces derniers sont désormais à la tête d’un cortège de 186 artistes ayant signé la pétition contre le Digital Millennium Copyright Act, aux côtés de Maroon Five et U2, notamment. En cause : le traitement de faveur dont bénéficie Youtube, grâce à cette loi américaine destinée à protéger les copyrights à l’ère numérique, vis-à-vis d’autres plateformes d’écoute en streaming telles qu’ Apple Music ou Spotify. Celles-ci ont les faveurs des artistes car elles sont moins permissives quant aux violations de droits d’auteur, la mise en ligne de musiques étant contrôlée et l’écoute d’utilisateurs régulée par un système d’abonnement. Tout l’inverse de Youtube, qui permet actuellement à n’importe quel utilisateur de publier des sons qui seront disponibles pour tous gratuitement tant que la violation de droits d’auteurs n’aura pas été reconnue.

La pétition, publiée sur le site Billboard ainsi que dans les journaux Politico, The Hill et Roll Call, vise donc à dénoncer l’injustice d’une loi offrant à Youtube la possibilité de gonfler ses audiences sans avoir à en payer le moindre prix. Rappelons que la Recording Industry Association of America (RIAA), organisation interprofessionnelle défendant les intérêts de l’industrie du disque, avait dénoncé la « main basse » du géant américain sur le marché, en mars dernier. En définitive, ce ‘manifeste des artistes en colère’ est destiné à faire pression sur le Bureau des droits d’auteurs, alors que la Commission des affaires judiciaires de la Chambre des représentants doit réviser la loi prochainement.