Julien Doré : A Nîmes, il reprend La Corrida de Cabrel en étendard de la cause animale

GETTY IMAGES

Végétarien et farouchement opposé à la tauromachie, le chanteur a repris le tube engagé de l’éternel chanteur moustachu devant un public nîmois divisé.

Ses fans le savent bien, Julien Doré ne cache plus son engagement pour la cause animale. Devenu végétarien par conviction, le natif d’Alès dans les Cévennes laisse transparaître dans son dernier album & (2016) son attrait pour la nature et l’écologisme.

Rien d’étonnant donc à voir l’interprète de Coco Câline prendre part au débat sur la corrida, se positionnant évidemment en faveur de l’abandon de la tradition. 17 ans après l’écriture du tube par Francis Cabrel, déjà repris par le groupe Tryo, Julien Doré a donc entonné «  La Corrida », introduisant le morceau de ces quelques mots : «J'aimerais bien vous dire que les gens qui m'ont poussé à faire de la musique ce sont David Bowie etc, mais non. Celui qui m'a donné envie la première fois de prendre une guitare et de m'y essayer, c'est Francis Cabrel».

Evidemment, l’initiative du chanteur n’était pas du goût de tous, dans une arène de Nîmes et dans une région où la pratique de la tauromachie est encore bien ancrée. Si parmi les 10 000 personnes présentes pour assister au concert, certaines ont hué l’artiste dès ses premières notes de guitare, d’autres se sont unis à sa cause en l’acclamant. Voilà qui aura de quoi nourrir encore davantage, si c’était nécessaire, un débat déjà bien enflammé ! De notre côté, on n’arrive plus à se sortir de la tête le fameux refrain de Cabrel, « est-ce que ce monde est sérieux ? »… 

Depuis plusieurs années, Julien Doré fait part régulièrement de son engagement pour la cause animale, évoquant notamment aux détours d’interviews son dégoût de l’élevage intensif et son attrait pour le « végétarisme ». Son dernier album, « & », resté numéro 1 des charts françaises pendant plusieurs semaines après sa sortie fin 2016, s’inscrit dans cette perspective écologique défendue par l’artiste, avec des tubes comme «Coco Câline», ou encore «Le Lac», pour lequel il avait choisi Pamela Anderson, également connue pour son combat animalier, en guest-star du clip.